Malta et Gozo

Située en plein milieu de la Méditerranée, entre Sicile et la Libye, l’archipel maltais a une histoire aussi riche et importante que sa position géographique.  Le mystère, la tragédie et l’héroïsme sont les ingrédients de son histoire. Le destin de Malte a changé l’histoire de l’Europe. Tout au long des siècles, de l’antiquité jusqu’aux temps récents, les puissances étrangers se  sont toujours disputées le pouvoir sur l’archipel maltais, portant ces îles sur la scène de l’histoire et y laissant un héritage aussi riche que varié.

Les sites archéologiques sont plus nombreux que les plages. La république de Malte est un petit pays, moins qu’un centième de taille de l’île avoisinante, la Sicile. L’archipel comprend trois îles habitées de Malte, Gozo et Comino. Gozo est le second « ingrédient » de l’archipel. A’ cause de ses sols argileux, elle est cependant plus verdoyante et fertile que Malte. Pourtant, Gozo est moins peuplée que Malte et moins fréquentée par les touristes. La plus petite île est celle de Comino. Il n’y habite que quelques familles. On peut l’apercevoir du pont de ferry qui circule entre Malte et Gozo et qui fait le lien entre deux îles. L’archipel a une superficie de 316 km2 et abrite une population d’environ 375, 000 âmes. La plupart d’eux parlent un bon anglais.

Dans l’ensemble des faits, les restes romains à Malte sont quasiment des reliques « modernes ». Des milliers d’années avant l’Empire Romain, les îles furent colonisées par des peuples qui construisaient des temples grandioses, dont certains des plus anciens temples du monde. Ils sont les témoins d’une civilisation perdue qui remonte à l’aube des temps, bien avant les pyramides d’Egypte et le merveilleux complexe de Stonehenge.

Au XVIe siècle, l’Ordre Souverain des Chevaliers hospitaliers et militaires de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte furent expulsés de Rhodes par les forces turques de Suliman le Magnifique. Ils allèrent en Sicile à la recherche d’une nouvelle patrie. Au bout de quelques années ils acceptèrent Malte comme fief qui leur fut accordé en échange d’un paiement symbolique d’un faucon maltais par un. En 1565, les forces turques assiégèrent Malte. Suliman le Magnifique décida d’infliger la bataille finale à ses ennemis mortels, les chevaliers. Au bout de quatre mois de souffrances le siège était levé. Malte résista. Le tribut en vies humaines avait été lourd des deux côtés.

Le grand siège levé, la domination de Malte par les chevaliers commença sérieusement. Reconnaître le fait que les chevaliers avaient besoin de commander la péninsule de Sceberras conduisit à la construction de La Valette, qui doit son nom au Grand Maître français, Jean Parisot de la Valette. Jean Parisot de la Valette commença la construction de La Valette, la ville fortifiée qui donne sur un des plus grands ports naturels de l’Europe. D’autres cités historiques sur l’île méritent d’être visitées également. Le paysage entre les villes est un paysage plat avec un terrain essentiellement aride et dur. Malte n’a ni montagne, ni rivière et, presque partout sur l’île on peut apercevoir des murs de pierre sèches qui protégent le sol contre l’érosion. Au printemps, les alentours des villes embellissent, deviennent plus colorés, fleuris.

Itinéraires

La Valette (Valletta) : avait été bâti par les Chevaliers de Saint-Jean, après le grand siége en 1565. La cité à quelque chose pour chaque intérêt. Le meilleur moment de la journée pour la visiter est pendant l’après-midi quand elle devient moins animée et plus belle. Profitez d’un intermède agréable, en vous dirigeant vers les Jardins Barracca-du-Haut qui offrent une très belle vue sur le Grand Port et les Trois Cités. Ils furent construits au XVIIIe  siècle. Les jardins sont parsemés de statues. Si vous regardez vers le bas, vous allez apercevoir le quai de Lascaris et la vieille douane. 

 A partir de la co-cathédrale, tournez à votre gauche, dans la rue de la République, où se trouve l’Auberge de Provence qui abrite le Musée National se l’Archéologie. L’édifice fut conçu et réalisé en XVIe siècle. La co-cathédrale de Saint-Jean, également du XVIe siècle, fut construite littéralement sur « les os » des Chevaliers de Saint-Jean. Des dalles de marbre multicolores recouvrent les tombes des chevaliers et portent leurs armoiries. Si la façade n’est particulièrement impressionnante, l’intérieur révèle un déploiement étonnant d’art baroque. Les murs sont sculptés en haut relief, peints de riches couleurs et dorés. A l’étage supérieur se trouvent l’impressionnant musée de la cathédrale qui contient les tapisseries de grande valeur et d’autres objets de même importance.

Casa Rocca Piccola -  En bas de la rue de la République, au-delà de la place du Palais, une famille d’aristocratie maltaise a ouvert leur propre palais au public. Construite à la fin du XVIe siècle, cette demeure possède sa propre chapelle et une impressionnante salle à manger, avec une table à 16 personnes. Vous pouvez visiter également, la chambre à coucher avec un lit à baldaquin, le salon etc. 

Dès que La Valette fut construite, les Chevaliers hospitaliers de Saint-Jean bâtirent un grand hôpital – l’Hôpital de l’Ordre, presqu’aux confins de la péninsule. L’Ordre Souverain des Chevaliers hospitaliers et militaires de Saint-Jean est originaire d’un petit hôpital de pèlerins établi déjà en XIe siècle. La  salle principale de l’hôpital fut de 155 mètres de long et de 11 mètres de large pour une hauteur de 11 mètres également. C’était un des meilleurs hôpitaux de  l’Europe, offrant un excellent modèle médical et un traitement royal - les malades étaient servis dans des assiettes en argent et le Grand Maître lui-même faisait de fréquentes visites pour aider à prendre soin des patients. L’Hôpital a été restauré après sa destruction pendant la Seconde Guerre Mondiale pour servir de Centre de Conférence Méditerranéen de Malte, un lieu de conférences, de concerts, somptueux. Le hall pour les banquets qui se trouve au-dessous du plafond en voûte est fastueux.

Les faubourgs de Sliema et Saint Julien.

Le faubourg de Sliema s’est élargi ces dernières années et est devenu plus animé que la capitale, La Valette. C’est un des centres touristiques de Malte les plus agités avec ses restaurants, ses discothèques et ses hôtels. Si les plages, principalement rocheuses, ne comptent pas parmi les meilleurs, en compensation l’emplacement est bon. Le panorama de La Valette est magnifique. Nous vous proposons de faire un tour en bateau autour du port, qui part fréquemment de la crique Sliema. 

Au-delà de Sliema, l’ancien village de pêcheurs de Saint Julien est aussi animé pendant la nuit que La Valette soit moribonde. Cafés et restaurants de nationalités différentes, bistrots et bars pourvoient aux besoins des milliers de vacanciers, sans compter le plus grand casino de l’île à Dragonara Point (la pointe de Dragonara). Plus loin, se trouve la baie de Saint-Georges, autre pôle touristique prospère.

La région du centre.

La visite de la région du centre comprend des arrêts à Mdina, Rabat, Buskett (les jardins Buskett), Mosta. Située à l’abri de la bruyante bande côtière, un autre monde s’ouvre devant vous en allant vers l’intérieur du pays. Des villes et des villages historiques, connus pour leurs églises et légendes, sont disperses à travers un paysage essentiellement aride et dur. Presque partout on peut apercevoir des murs de pierres sèches qui séparent des parcelles de terre desséchée.

Mdina

Mdina, citadelle édifiée sur une colline (le point culminant de l’île), surveillant la vallée, est la plus vieille ville de Malte. Elle à une histoire qui remonte à plus de 4000 années. L’endroit était sûrement habité aux temps punique et par les Romains qui dominèrent et nommèrent la ville Melita. 

Les dômes de Mdina dominent l’horizon. Sobre, chaude et admirablement symétrique, la façade de la cathédrale de Saint-Paul introduit un des édifices les plus impressionnants de Malte. En fait, il s’agit plus précisément de la co-cathédrale qui partage les mêmes honneurs avec la co-cathédrale de Saint-Jean à La Valette. En vous promenant dans les rues de Mdina (l’ancienne capitale de Malte), vous allez passer à côté des demeures de la noblesse maltaise du XVIe et XVIIe siècle. Un de ces édifices est le palais Sainte-Sophie. Estimé comme étant le plus vieil édifice de Mdina, on pense que le rez-de-chaussée date du XIIIe siècle. Les évènements de la longue histoire de Mdina vivent dans les rues étroites bordées d’imposantes constructions et de murs majestueux qui avaient un rôle important pour sa défense. N’oubliez pas également de visiter la place Bastion qui offre une vue panoramique. Observez les chemins qui mènent a La Valette, la baie de Saint-Paul 9St. Paul’s Bay) etc.

Rabat

Le nom Rabat est un nom d’origine arabe. Toutefois cette ville fut déjà importante bien avant les temps mauresques. Rabat prospéra sous la domination romaine et au tout débout du christianisme. Sans restes de fortifications, la ville est aujourd’hui beaucoup plus grande que Mdina, de laquelle est-elle la banlieue (le faubourg). 

A l’extérieur de jardin Howard, se trouve la Villa romaine, qui a été découverte vers la fin du XIXe siècle. Bâtie au deuxième siècle avant Jésus-Christ, la demeure fut vraisemblablement la propriété d’un fonctionnaire ou marchand romain. Dans son atrium, on peut admirer des belles mosaïques et  des objets antiques. Le musée, tout proche de la Villa romaine, est connu pour d’autres objets antiques comme des objets en verre et des amphores, une presse qui servait à extraire de l’huile d’olive, des inscriptions funéraires arabes et une ancienne pierre tombale juive.

Les catacombes de Saint-Paul: témoignent de la présence d’une communauté chrétienne qui les utilisaient pour les enterrements. Ils y célébraient les fêtes funéraires autour des tables Agape (du mot grec qui signifie « l’amour »). Les cimetières souterrains se trouvent au-dessous de Rabat, à sept mètres de profondeur. Ces galeries souterraines sont parsemées d’objets intéressants, bien que nombreux objets soient pillés. 

Les catacombes de Sainte Agathe: Pour atteindre les catacombes de Sainte Agathe il faut passer par une église souterraine. La crypte fut une simple grotte, ou l’on pense que Sainte Agathe trouva refuge après avoir fui la persécution romaine des chrétiens en Sicile. Plus tard, la crypte s’était développée en une basilique souterraine, qui contient une série de fresques du XIIe siècle. 

Les jardins Buskett : Son nom est un dérivatif de « Boschetto », mot italien pour petit bois. Les jardins vous paraîtront être un bois. Des pins aromatiques, des citronniers et des orangers en font un parc agréable. A la fin de mois de juin, on y célèbre une grande fête, la fête de Saint-Pierre et Saint-Paul.

Mosta

Vous pouvez apercevoir de loin l’église de Mosta et son gigantesque dôme, l’un des plus grands d’Europe. Durant la Seconde Guerre Mondiale, au cours d’une messe, une bombe a traversé le dôme. La bombe n’explosa pas mais glissa miraculeusement sur le sol. La réplique d’obus non éclaté se trouve dans l’église.

Les sites préhistoriques de Malte ont sidéré les archéologues. Même les simples visiteurs restent émerveillés devant les temples néolithiques, leur architecture, leur mystère. Il y a 33 temples de l’age de pierre sur 18 sites différents.

Gozo

L’île de Gozo est plus verte et plus calme que sa soeur, l’île de Malte. Bien qu’elle soit plus petite en taille et moins peuplée que Malte, Gozo mérite de retenir votre attention. L’île est faite de collines aplaties à leur sommet, couronnée par les dômes des églises. C’est aussi une île féconde en paysage pittoresques ou les ravins raides et poreux s’élargissent dans les vallées qui produisent les ingrédients vitaux pour la vie d’une île (les cultures de tomates, d’olives, d’oignons etc). 

Des centaines de murs de pierre sèches séparent les champs. Les Romains commencèrent la construction des remparts de la Citadelle de l’île et ils utilisèrent la pierre pour leur réalisation. La pierre fut utilisée également pour la construction des forts, des temples, comme les temples de Ggantija qui représentent une merveille archéologique de renommé mondiale. L’île possède aussi quelques plages attrayantes. Gozo n’a pas de l’aéroport et est accessible par la voie maritime ou en prenant un des hélicoptères de l’aéroport de Malte.

Comino: On peut l’apercevoir de ferries qui circulent entre Malte et Gozo. A première vue, elle peut paraître comme une île déserte, aride et dure, mais cet aspect est trompeur. En fait, Comino est connu pour ses eaux cristallines bien protégées, un vrai paradis pour les plongeurs. Au printemps, elle est couverte de minuscules fleurs sauvages et d’herbes aromatiques. Le nom de «  Comino » vient du mot « cumin », l’épice qui en d’autres temps poussait abondamment sur cette petite île. Le thym, également, croit en abondance sur l’île. L’évasion est le destin de Comino. Elle possède un hôtel luxueux qui exploit des possibilités pour faire du sport. L’attraction la plus célèbre est le Lagon Bleu qui sépare Comino du petit îlot inhabité de Cominotto.

Informations utiles

Vêtements : Les vêtements légers pendant l’été, surtout pendant la période saisonnière la plus chaude de mi de juillet au mi de septembre. Les couches de vêtements plus chauds sont indispensables pour les soirées plus fraîches au printemps, en automne et en hiver. 

Ayez égard à vous couvrir les jambes et les épaules avant d’entrer une église.

Cartes de crédit : Les cartes de crédit internationales, bien connues, sont largement acceptables. Il y a suffisamment de billetteries et les cheques de voyage et les eurochèques peuvent être encaissés dans les banques et dans les bureaux de change.

Santé : Les vaccinations ne sont pas obligatoires.  Des précautions spéciales de santé ne sont pas nécessaires. Parfois, en été, surgissent des populations d’insectes. En cas de besoin, les pharmacies sont bien approvisionnées.

Pourboire : Les restaurants ajoutent parfois un pourcentage de l’addition affecté au personnel mais, le pourboire est toujours convenable. Les serveurs apprécient 5 à 10 pour cent et les taxis 10 pour cent.

Eau : Boire l’eau de robinet est théoriquement sans danger mais, toutefois, pas très recommandable. La plupart des gens boit de l’eau en bouteille (importée ou locale).

Monnaie : Malte utilise maintenant l’euro, pièce de monnaie et billets.

Passeports et visas : Le passeport britannique / CE passeport avec au moins six mois de validité de la date du départ est nécessaire pour se déplacer. Le passeport britannique de visiteur n’est pas acceptable. Le visa d’entrée n’est pas indispensable pour les titulaires du passeport britannique. Les ressortissants d’autres pays devraient se renseigner aux autorités compétentes.

Climat

Située très près de l’Afrique du Nord, Malte a un climat typiquement méditerranéen, chaud et ensoleillé. La période saisonnière la plus chaude est de mi de juillet au mi de septembre quand les températures s’élèvent à plus de 30 degrés celcius. Les mois plus pluvieux se situent entre octobre et janvier.